Comment une balle part-elle ?

 

 

        Lorsqu’une personne appuie sur la détente, le percuteur frappe la douille (4) (souvent le culot) et fait éclater l’amorce (5). Une flamme est alors créée et allume la charge la charge de poudre (3) contenue dans la douille (2). Plus une cartouche contient de la poudre, plus elle sera efficace. Plus le canon sera long, plus la poudre aura de temps pour pousser le projectile (1). Mais à partir d’une certaine taille, la poudre ne pourra plus pousser le projectile et la balle ira moins loin, moins vite et sera moins précise.

Le cycle balistique se divise en 3 étapes :

           - La phase d’allumage : Tous les grains de poudre s’allument en même temps ce qui entraine une augmentation de la pression (due au gaz), cette dernière permettra alors la mise en mouvement du projectile. Une trop grande augmentation de gaz peut faire exploser la douille et/ou le canon.

                 - La phase de combustion : Le projectile se met en mouvement. L’une des fonctions de la douille consiste à se dilater lors du tir de façon à sceller la chambre de tir et ainsi éviter des fuites de gaz. Afin que la douille ne se fende pas, celle-ci de ne doit pas être trop dure, mais elle ne doit également pas être trop tendre, sous risque de ne pas pouvoir lancer le projectile. Le volume libre augmentant constamment, la pression diminue. Cette combustion continue, ou se termine et le projectile sort du canon.

                    - La phase de détente : La poudre a été brulée, la pression des gaz sur la base du projectile l’a fait accélérer puis elle s’estompe dans l’arme. Il est à noter que la combustion de la poudre entraîne une très forte augmentation de la pression. Les canons sont spécialement créés afin de résister à ces pressions.

 

        Par ailleurs, l’énergie cinétique* se calcule par la formule E = mv²/2. Prenons l’exemple d’une balle d’environ 10g, qui est lancée à la vitesse du son (340m/s) :

 

E= 10 * 10^-3 * 340² /2 = 578 J

   

    En moyenne, une arme possède donc une énergie cinétique de 578J. Par comparaison, un pistolet à bille possède une énergie 2J maximum selon la loi. De plus, on remarque que l’énergie est proportionnelle à la masse, donc plus la masse de la balle sera grande, plus l’énergie contenue par la balle sera grande et par extension, la force aussi.

 

Lorsqu’une personne appuie sur la détente, le percuteur frappe la douille (4) (souvent le culot) et fait éclater l’amorce (5). Une flamme est alors créée et allume la charge la charge de poudre (3) contenue dans la douille (2). Plus une cartouche contient de la poudre, plus elle sera efficace. Plus le canon sera long, plus la poudre aura de temps pour pousser le projectile (1). Mais à partir d’une certaine taille, la poudre ne pourra plus pousser le projectile et la balle ira moins loin, moins vite et sera moins précise.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site